Le penseur masqué

03 septembre 2009

Beurk

Chèrs lecteurs, bonjour.

Veullez noter qu'aujourd'hui je ne vais pas aborder le sujet prévu, soit l'identité. Voici plutôt une diatribe.

Sommes-nous prêts à faire fi d'autrui lorsque notre désir n'est pas assouvi?

Lorsque nos attentes ne se réalisent pas, et que ça implique un Autre, comment réagissons-nous?

On dirait que la sphère publique devient l'extension de la sphère intime. On peut maintenant se permettre d'insulter la personne qui nous gêne quant à l'obtention de notre dû! Et c'est ça le problème, on s'est construit une idée que cet objet de désir nous est dû.

Les obstacles à l'atteinte de l'objet l'objet sont des imbéciles, idiots...

On n'accepte plus la divergence. On s'attend à ce que le monde soit conforme à son désir.

Voici 2 caractéristiques de la postmodernité:

  1- Here and now: Le futur et le passé ont de moins en moins de signification. Le présent couvre notre horizon. Conséquence: on devient impatient. Notre désir doit être assouvi maintenant.

  2- Neotribalisme: Avant, la communauté était un concept géographique, on se regroupait avec les personnes habitant notre région. Maintenant, on se regroupe avec des gens qui pensent comme nous à travers les nouveaux réseaux (Facebook, Myspace, Twitter, blogues). Conséquence, on est moins habitué à l'opposition entre idées et aux valeurs différentes.

Anecdote

J'essaie de vendre ma voiture. J'ai mis une annonce. J'essaie de respecter l'ordre d'appel. Mais certains sont trop impatients. Ils veulent l'acheter tout de suite. Je leur dis que je veux respecter l'ordre des appels donc ils m'insultent et raccrochent.

Beurk!!!!

(Est-ce moi qui m'attends à ce qu'on soit conforme à mon désir?)

PM

Posté par penseurmasque à 04:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 août 2009

Intertextualité

Chers lecteurs, bonjour.

 

Aujourd'hui : l'intertextualité

Un des phénomènes intéressants émanant de notre ère est la prolifération de la création intertextuelle.

*Définition selon Wikipedia:

« I'intertextualité: L'intertextualité est le caractère et l'étude de l'intertexte, qui est l'ensemble des textes en relation (par le biais par exemple de la citation, de l'allusion, du plagiat) dans un texte donné. »

 

On peut dire qu'il y a intertexte lorsque dans une œuvre il y une ou des références à des œuvres antérieures. La citation, comme Wikipedia le mentionne, en est un exemple très commun qu'on retrouve à toutes les époques. L'intertextualité, version postmoderne, est une tout autre créature.

Les auteurs reprennent, poursuivent ou « réimaginent » d'anciennes œuvres. Cette forme d'intertextualité, beaucoup plus rare à l'ère moderne (auriez-vous des exemples?), semble devenir prévalente dans la création populaire.

 

Exemples d'intertextualité :

joconde_gothique

Titre et auteur inconnus

simmons_ilium

L'œuvre Ilium de Dan Simmons met en scène les personnages de l'Iliade. Le déroulement de leur histoire est le même jusqu'à l'intervention d'un homme venu du futur.

casino_royale01

 

En 2006, on a "rebooté", réinventé ou réimaginé James Bond, effaçant du fait même, la continuité crée par les précédents.

Je n'ai pas fait d'analyse, mais j'ai l'impression qu'il y a prolifération d'œuvres réinventées.

Qu'est-ce que cela implique? Sommes-nous rétifs à la nouveauté? D'après moi ça a toujours été le cas. Mais aujourd'hui, il semble que le phénomène s'amplifie.

Prenons le cas des  15 films les plus payants au box office américain (source: Internet movie database)

SP32_20090821_223331

Seulement un seul d'entre eux n'est pas fondamentalement construit avec cette nouvelle forme d'intertextualité soit Star Wars . Tous les autres films sont des suites, interprétations ou réinterprétations d'oeuvres ou d'histoires déjà existantes. (J'inclus Titanic dans ce groupe, car même s'il s'agit d'un scénario original, je le considère, à cause de la portée même de son titre symbolique, comme une réinterprétation d'un fait historique. Mais ça, je l'avoue, c'est fort contestable)

Néanmoins, ce n'est pas une preuve suffisante. Ma question reste ouverte: 

La référence dans la création artistique tend-elle à devenir nécessaire?

Peut-être, pouvez-vous me suggérer d'autres exemples ou contre-exemples?

Bien sûr, je reviendrais sur cette question.

Lemme 1 (composé avec mon amie ELLA)

La possibilité réelle ou imaginaire de perdre un objet liant au social provoque l'exclusion de la position éthique.

C'est beau non?

Sérieusement, cela manque beaucoup d'explications. Ce n'est que dans les entrées suivantes que je tenterai d'expliquer et de mettre en lien avec la "réalité" cette proposition.

Vidéo d'aujourd'hui : Flashmob (lien Youtube)

Quelques "agents" s'introduisent dans une foule à l'insu de tous, et puis : surprise! C'est un phénomène que j'essaie tant bien que mal à relier à la postmodernité. Encore un sujet à approfondir dans le futur.

Image d'aujourd'hui:

toaster_barbapapa

Le grille pain Barbapapa: 75$

La nostalgie, ça paye!

Prochaine entrée: La quête d'identité.

Bonne Journée.

PM

 

 

 

Posté par penseurmasque à 03:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2009

Introduction

Bonjour chers lecteurs.

En guise d'introduction, laissez-moi vous expliquer le but de ce journal. Le « Penseur masqué » est un lieu où votre hôte tentera de laisser des traces de ses réflexions concernant un sujet qui l'intéresse profondément: la postmodernité.

Les entrées du journal devraient pour la plupart faire part des différentes réflexions que je ferai par rapport à l'impact de la postmodernité sur notre culture (occidentale).

En effet, le passage à l'ère postmoderne, qui s'est fait d'après moi entre 1968 et 1989, a des effets considérables  sur nos sociétés. De plus, bien que le mot « postmoderne » est largement utilisé, j'ai l'impression qu'il n'a pas de signification unifiante. C'est d'ailleurs l'un des objectifs de ce journal que d'en trouver une.

Pourquoi la postmodernité? Bien, c'est parce que je suis très interpelé par plusieurs situations problématiques qui affligent les sociétés occidentales dont voici quelques exemples:

    • Les faibles taux de participations aux élections.

    • Les problèmes liés à la gestion des systèmes de santé.

    • Les systèmes d'éducation en crise avec réformes et retours en arrière.

    • Les tensions sociales liées mouvements de populations.

    • Les difficultés à entrevoir le futur de façon optimiste

Je pense que ces situations sont en partie dues au passage à l'ère postmoderne, passage largement ignoré lors de l'analyse de ces problématiques.

Je compte beaucoup réfléchir aux effets de la postmodernité concernant nos méthodes de prises de décisions autant privées que collectives. C'est pourquoi l'éthique sera souvent au centre de mon questionnement.

Important: Toutes les entrées doivent être comprises comme étant des étapes de ma pensée. Elles ne peuvent être considérées comme absolues; même si la construction des phrases peut laisser croire le contraire.

 

Enfin, je suis bien conscient qu'il se peut que « chers lecteurs » se résume à moi et peut-être quelques amis, mais l'objectif de ce travail est de structurer mes pensées afin de passer à un autre projet. Combien de temps durera ce journal? Je ne le sais pas. Mais, j'ai bien l'intention de ne pas arrêter avant d'avoir établi au moins 10 lemmes liant les différents concepts liés à la postmodernité. Pourquoi 10? Parce que, comme on dit ici, c'est un « chiffre rond ».

Image de l'entrée d'aujourd'hui:

photo_de_tintin

La nostalgie, fléau ou baume de l'ère postmoderne?


Vidéo: " Social Media Revolution" (lien Youtube)

C'est un petit film pour vous aider à comprendre le thème du journal en attendant de plus amples explications.

Alors, c'est tout pour aujourd'hui.

Bienvenus alors, chers lecteurs, à cette petite entreprise du Penseur Masqué.

Prochain rendez-vous: le premier lemme!

Bonne journée

PM

 

Posté par penseurmasque à 01:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]